LES RIZIERES EN TERRASSES DE SAPA
  

LES RIZIERES EN TERRASSES DE SAPA

Vietnam, Vietnam le 24/11/2012

 

Nous patientons dans la gare d'Hanoi jusqu'à 20h00, heure à laquelle nous pouvons accéder aux quais.

sur le quai

Nous nous rendons à Lao Cai, ville frontière avec la Chine, pour, ensuite, rejoindre Sapa. Plusieurs trains pour différentes destinations partent à peu près en même temps. Il y a donc énormément de monde dans la salle d'attente : Vietnamiens, Chinois mais aussi de nombreux touristes. En effet, plusieurs wagons sont affrétés directement par des agences de voyages ou des hôtels. Contrairement aux wagons pour les « locaux », ils sont mieux équipés (matelas moelleux) et il n'y a que 4 couchettes au lieu de 6. De notre coté, nous voyageons dans un wagon classique dans les couchettes du haut : plus économique et seule catégorie de places disponible en achetant les billets au dernier moment. Nous sommes les premiers à nous installer dans la cabine : pratique pour le rangement de nos sacs car dès que les autres passagers arrivent, il n'est plus possible de se tourner. Le train va bientôt partir, nous montons donc dans nos lits : « c'est un train couchette, t'es obligés de dormir! » comme répète Jérome selon le sketch de Chevalier et Laspales.

gaelle dans sa couchette jérome

Le contrôleur siffle le départ et le wagon commence son mouvement de balancier de droite à gauche. Une petite inquiétude s'immisce puis se renforce lorsque nous voyons l'une de nos voisines de couchettes sortir un petit sac plastique qui pourrait bien être un sac à vomi... Le voyage se passe finalement sans problème. Nous arrivons presque à bien dormir si l'on oublie le fait d'être réveillés à chaque arrêt du train (peu fréquents) par une secousse telle que nous avons l'impression qu'il percute quelque chose ! En faite, ce trajet est, déjà, une expérience en soi.

Nous arrivons avant 6h00 du matin à Lao Cai et nous montons dans l'un des nombreux minibus pour Sapa. Deux heures plus tard, nous sommes installés dans notre chambre d'hôtel. D'après le réceptionniste, nous avons une superbe vue depuis la fenêtre...

belle vue 1 belle vue 2

Aujourd'hui, le brouillard ne nous permet pas de voir le paysage mais, les jours suivants, nous constatons avec bonheur qu'il ne nous avait pas menti ! Nous devinons quelques rizières en terrasse sur fond de montagnes découpées.

belle vue 3 belle vue 4

Ce qui, après une bonne journée de repos, donne envie d'aller ce balader dans la campagne environnante.
Station d'altitude à l'époque de la colonisation Française, Sapa est aujourd'hui l'un des village où l'on peut à la fois profiter des paysages remarquables mais aussi rencontrer des minorités ethniques telles que les H'mong et les Dzao.

Red Dzao

Pour débuter notre découverte de la région, nous descendons donc au village de Cat Cat, très touristique. Nous sommes rapidement rejoint par « Sah », une femme de l’ethnie Black H'mong qui souhaitent nous vendre quelques objets d'artisanat. Elle vit à Cat Cat mais remonte tous les jours à Sapa pour gagner de l'argent auprès des touristes. En effet, les minorités vivent majoritairement de la culture du riz (alternative à la culture de l'opium) et du tourisme.

Hmong et touristes

Alors que nous étions au milieu d'une foule (touristes et H'mong) à Cat Cat, nous nous retrouvons seuls lorsque nous empruntons un petit chemin en fond de vallée et, bien sur, au milieu des magnifiques rizières en terrasses.

rando dans les rizieres

Même si ce n'est pas la saison du riz (la transplantation à lieu en mai et la récolte en septembre), nous sommes enthousiasmés par les formes et l'enchevêtrement des étages.

rizieres en terrasses

Nous traversons plusieurs petits villages, plus typiques et rudimentaires, tous peuplés par des Black H'mong.

rizieres et village

Nous avons marché, en tout, plusieurs heures et plusieurs kilomètres. Ne voulant pas faire le chemin en sens inverse, nous rejoignons la route 2km plus haut et prenons un transport local pour retourner à Sapa, le xe om : un scooter, ou petite moto, où l'on monte derrière le chauffeur (seul, à deux, avec ou sans gros sacs, tout est possible).

Nous profitons de notre séjour à Sapa pour nous exercer à la cuisine Vietnamienne. Il y a 1 an et demi, lorsque nous étions allés en Thaïlande, nous avions été enchantés par les recettes apprises lors d'un cours. Nous avons donc été tentés de renouveler l'expérience ici. Accompagnés par notre professeur, un jeune vietnamien, nous faisons un tour au marché de Sapa : fruits, légumes,  nouilles et vermicelles, feuilles de riz, poissons, viandes sans oublier le petit stand de « dog meat »  (viande de chien)!

marché marché 2

Nous utilisons certains de ses produits pour préparer les rouleaux de printemps, la salade de fleur de bananes ou le poulet sauce poivre et sel.

rouleaux de printemps et salade fleur de bananes

Au final, nous n'apprenons pas énormément de spécificités sur la cuisine vietnamienne et le cours n'est pas suffisamment participatif (beaucoup de choses sont préparées à l'avance par le prof). Nous passons quand même un bon moment en compagnie de deux autres français et un anglais, dans un cadre reposant.

degustation de notre oeuvre poulet sel et poivre

En effet, le cours de cuisine ne se déroule pas dans Sapa même, mais au « Hmong Mountain Retreat », un ensemble « hôtelier » composé de plusieurs petits bungalows articulés autour d'un joli bâtiment principal, le tout au milieu des rizières.

Hmong mountain retreat

au milieu des rizieres

Pour continuer notre découverte culinaire, nous nous essayons au barbecue dans la rue. Un marchand installe son barbecue sur le trottoir et de petites chaises pour s'asseoir autour.

barbecue

Nous choisissons ce qui nous tente sur le plateau, il le cuit devant nous et nous pouvons déguster notre repas auprès du feu. Notre menu : petits pains, brochette de porc, sorte de petits saucissons briochés, galettes de patates douces, sticky rice. Nous n'avons pas essayé les pattes de poulet !

faites votre choix

 

Après ses trois jours à Sapa nous repartons, comme nous sommes venus, vers notre prochaine étape : la ville de Hué.

 

Commentaires

 Magali
Effectivement les pattes de poulet ne m'auraient pas inspirée non plus !...



Autres récits de voyage

Autres Recits en Vietnam